Rapport d’activité Grand Conseil 2017-2018 pour l’assemblée des Verts du district de Nyon

Madame, Monsieur les Co-Présidents,

Après 16 mois d’activités réelles au Grand Conseil Vaudois sous l’étiquette des Verts, permettez-moi de faire une synthèse des différents objets déposés et autres activités parlementaires.

Le groupe des Verts à Lausanne m’a accordé la place de commissaires dans les commissions permanentes suivantes :

  • CIDROPOL
  • CTSI

CIDROPOL est une nouvelle commission permanente dont le but est d’étudier toutes les demandes liées aux droits politiques.

Les travaux ont porté sur la loi sur les fusions, sur les droits politiques, les lieux de résidence des élus. Le problème de domicile de l’élu au niveau cantonal est débattu. Doit-on habiter le district pour être élu dans ce dernier ? La question est vaste et dans le but d’avoir une logique à tous les échelons politiques. Doit-on habiter la commune pour être exercé la fonction de municipal si on peut justifier que l’on travaille dans cette commune ?

CTSI est une commission qui traite toutes les demandes liées à l’informatique cantonale. Je suis dans la commission de la cybersécurité et de l’informatique transversale. J’ai fait partie du groupe de testeur du vote électronique.

A titre plus général et en fonction de mes disponibilités et des dossiers que je maîtrisais le plus, je me suis concentré sur les thèmes de prédilection qui ont été et qui resteront les suivants :

  • Péréquation
  • Aménagement du territoire
  • Accueil de jour
  • Traçabilité du bois
  • Gestion des ressources hydrauliques
  • Sujets traitant des aspects canton-commune par exemple SDIS
  • Autres points touchant la fiscalité des citoyens vaudois.

Ma façon de travailler consiste à poser une question par mois. L’avantage de cette stratégie consiste à disposer d’une réponse dans la semaine du Conseil d’Etat et en fonction de la teneur du commentaire, cela peut engendrer des motions ou postulats.

Le point fort de ce début de mandat est la prise en considération du postulat AVASAD. Ce postulat consiste à payer la part communale des soins à domicile à la valeur du point d’impôts et non plus en francs par habitant.

Ce postulat permet à 18 communes sur les 47 du district de pouvoir bénéficier d’une solidarité bien plus importante que la solidarité que vous avez l’habitude de traiter dans le cadre de Région Nyon. Sachez que cette décision prise par le Grand Conseil à un effet de solidarité de plus de 50% par rapport aux 6% de la solidarité régionale que vous connaissez par le principe du DISREN. De plus, il faut aussi comprendre que la majorité du canton est favorable à cette égalité de traitement. Je tiens à préciser que la ville de Nyon a dans un 1er temps critiqué la mesure mais a ensuite fait du rétropédalage pour s’apercevoir qu’elle s’était trompée dans son analyse. La solidarité leitmotiv largement répandu dans la région est un leurre par rapport aux 9 autres districts du canton. La région est trop petite pour lutter contre les agglomérations.

Liste des communes représentant 51’000 habitants et 50% du financement.

Arnex-sur-Nyon, Arzier-Le Muids, Bassins, Begnins, Bogis-Bossey, Borex, Chavannes-de-Bogis, Chavannes-des-Bois, Chéserex, Duillier, Gland, Grens, Nyon, La Rippe, Saint-Cergue, Signy-Avenex, Le Vaud, Vich.

Dans le but de ne pas détailler chaque dépôt effectué, permettez-moi de vous inciter à suivre mon activité parlementaire en allant visiter le site lohri-vd.ch.

Ce site ne doit pas être vu comme une action individuelle de ma part. Il faut comprendre qu’en gérant de A à Z le site, je suis plus efficient. Il me permet d’être actif sans intermédiaire et adapté à mes horaires et disponibilités.

Il faut voir ce site comme un moyen de communication autant à votre disposition qu’à la disposition du peuple qui fait remonter des informations me permettant de poser des questions ou des interpellations.

Il est évident que d’autres thèmes me sont peu familiers. Il existe à Lausanne d’autres personnes qui sont nettement plus performantes sur les thèmes comme les #balancetonporc, LGBTQI, homophobie, etc.

Je reste à votre entière disposition pour toutes questions ou compléments d’informations.

En vous remerciant de votre attention et avec tous mes vœux pour l’an nouveau.

Didier Lohri

Bassins, le 5 décembre 2018.

Au sujet de Prangins et de la Région

A plusieurs reprises j’ai été interpellé au sujet de Prangins et de ma position sur les différents articles, twitter et autres médias.

Le dernier message reçu, citant mon collègue député de Bassins, nécessite une réponse de ma part en qualité d’élu cantonal.

Ce message sur le réseau twitter ne fait que d’alimenter des polémiques inutiles.

Nous avions plutôt tendance à être d’accord sur le rôle de l’ex Conseil Régional. Mais c’est dans l’air du temps, il faut bien faire le « BUZZ » comme disent les jeunes ! D’habitude c’est le groupe politique auquel j’appartiens à Lausanne qui défend les positions non isolationnistes à défaut du parti de mon partenaire hebdomadaire qui cherche lui à démontrer l’absurdité des bilatérales ou pertes d’identité nationale ou locale.

Il m’a été possible de participer à une séance de présentation des arguments pour ou contre la région. J’estime que je ne suis pas la bonne personne pour défendre une position ou une autre dans le cadre d’un vote communal en dehors de Bassins.

En qualité de député, il me semble important de préciser que ce n’est pas un sujet à défendre à Lausanne de cette manière. Je suis un adepte des agglomérations car le district de Nyon est déjà trop petit pour nos concitoyens qui vont à Lausanne ou à Genève.

Je me permets de signaler que la lettre du Conseil d’Etat devrait être publiée en entier et non pas en faire des extraits sortis d’un contexte qui exprime bien que c’est de l’autonomie des communes et des associations de communes. La polémique sur les mendiants n’apporte pas de réponse concrète mais traduisait bien le ressenti des élus cantonaux à un problème qui ne les regardent pas.

Les élus de Prangins sont autonomes et vous connaissez mon aversion à un diktat d’ordre supérieur.

Il faut plutôt remercier les conseillers de Prangins d’avoir fait prendre conscience à la bureaucratie de Région Nyon qu’il y a le feu dans la maison.

Si Région Nyon imagine que par le choix de son soutien (non élu au niveau communal, pas représentatif de la position du Conseil Communal de Bassins qui a écouté les représentants de la Région), il rende service à la population pranginoise, espérons que cela ne soit pas le coup de trop qui braque le peuple qui se moque de la pensée de celui qui dit oui parce que l’autre dit non par principe !

 

Formation et insertion professionnelles des jeunes en difficulté

C’est avec joie et bonheur que la lecture des documents de conférence de presse du 29 mai 2018 au sujet de la formation et l’insertion professionnelles des jeunes en difficulté me réjouissent.

Madame la Conseillère d’Etat Cesla Amarelle a mis en valeur les formations de 2 ans certificatives de la Confédération appelées AFP et je l’en félicite sincèrement.

La presse a relayé ce détail des AFP. L’article du 24Heures (30.5.2018) met en exergue ces attestations de formation professionnelle.

Lors des débats au sujet du projet de loi sur l’orientation professionnelle, je m’étais fait un objectif de clarifier la notion de certificatif ou certifiant en défendant les attestations fédérales AFP. Ma démarche s’inscrivait dans le but de ne pas laisser « sur le carreau » des jeunes mal orientés. Nous sortions d’un endoctrinement très profilé sur les hautes écoles et les voies académiques.

Quel splendide virage nous prenons, J’ose croire que le résultat sera probant dans 3 ans et que les entreprises et les écoles à plein temps formeront des AFP avec enthousiasme. Ces jeunes ont besoin de vous et sont votre avenir !

Lien de mon intervention au Grand Conseil au sujet de loi sur la formation professionnelle.

 

Postulat réseaux de soins avancement du dossier

Lors de la séance du Grand Conseil du 22 mai 2018, le postulat Réseaux de Soins a été débattu.

Après le travail de la Commission, ce postulat a été modifié par le terme AVASAD afin d’être plus précis.

Permettez-moi de remercier tous les députés et le Conseil d’Etat d’avoir accepté de travailler sur cet objet.

Rien n’est acquis dans la vie mais force est de constater qu’à l’unanimité, ce postulat modifié a passé la rampe.

Si certaines personnes peuvent douter que ce postulat soit un acte vert, permettez-moi de dire que c’est une notion de développement durable pour la gent humaine. Plus longtemps nous maintenons les personnes dans leur environnement, plus la joie de vivre peut être ressentie. Le respect de l’être humain doit faire fi des aspects économiques sachant que nous sommes tous Vaudois en matière de soins prodigués sous la responsabilité de l’Etat.

Bassins, le 23 mai 2018

 

 

 

Quotidien de la Côte version électronique : Lohri l’indomptable fait sa place à Lausanne

Par Antoine Guenot

PORTRAIT Il y a une année, le syndic de Bassins avait créé la surprise en accédant au Parlement vaudois. Cet insoumis, peu adepte des carcans politiques, s’est-il adapté à son nouveau rôle de député?

C’était il y a un peu moins d’une année. A la surprise générale, Didier Lohri, bouillonnant syndic de Bassins, obtenait le deuxième siège des Verts du District de Nyon au Grand Conseil. Surprise, tout d’abord, parce que selon les pronostics cette place avait de bonnes chances de revenir à la syndique de Commugny, Odile Decré. Mais, à onze voix près, voilà qu’elle lui passait sous le nez, raflée par son colistier des hauts nyonnais.

Surprise, ensuite, parce que Didier Lohri ne semblait, jusque-là, pas du genre à rejoindre les rangs d’un groupe politique. Ni, d’ailleurs, ceux d’une institution aussi stricte que le Parlement vaudois. Insoumis, libre penseur, il l’a dit lui-même à plusieurs reprises: les carcans très peu pour lui, au risque de sortir de ses gonds.

Un député «pointu»

Et pourtant. Le trublion semble bien s’être pris au jeu, au point de se profiler comme l’un des députés les plus actifs. Interpellations, motions, postulats, questions orales, l’homme fait feu de tout bois, visiblement loin des préoccupations électoralistes. Car, lorsqu’il s’exprime, c’est souvent pour aborder des sujets techniques, touchant à la facture sociale ou à l’aménagement du territoire. Des problématiques généralement opaques pour le citoyen lambda.

«C’est tout à son honneur, commente Pierre Wahlen, président des Verts de La Côte, qui se dit satisfait de sa nouvelle recrue: «Il s’est bien intégré. Il est très présent et fait beaucoup d’interventions. Il défend bien les valeurs qui nous rassemblent.»

« Il a une forte présence. Je pense que tous les membres du Grand Conseil l’ont déjà remarqué. »

Vert, vraiment?

Langue de bois ou réalité? Ce qui est sûr, c’est que Didier Lohri ne passe pas inaperçu au sein du Parlement vaudois. Parole de députés de gauche comme de droite. «Il a une forte présence. Je pense que tous les membres du Grand Conseil l’ont déjà remarqué», confie Valérie Induni, chef du groupe socialiste au Grand Conseil et municipale à Cossonay.

Le chef du groupe UDC et municipal d’Echichens Philippe Jobin confirme: «Il pose beaucoup de questions et c’est une bonne chose. Même si parfois certaines ont déjà été discutées en commissions. Mais c’est normal, il vient d’arriver. Il ne peut pas connaître tout l’historique des séances.»

Valérie Induni nuance toutefois quelque peu l’appréciation du parti écologiste au sujet de son «poulain»: «Je ne le connais pas encore très bien mais on sent que le formatage, il ne doit pas aimer ça. D’ailleurs, sa coloration ‘‘Verte’’ n’est pour le moment pas très évidente. Ses actions touchent surtout aux finances communales et aux rapports entre communes et Canton.»

Le chef de groupe des Verts, l’Yverdonnois Vassilis Venizelos, ne l’entend pas de cette oreille. «Penser que nos membres ne doivent aborder que des questions environnementales est réducteur, s’exclame-t-il. Nous défendons un projet de société qui touche l’ensemble des problématiques, comme la fiscalité et l’aménagement du territoire. Sur ces dossiers, c’est une force d’avoir Didier Lohri à nos côtés.» Et le responsable d’ajouter qu’aucun coup de gueule n’est à signaler: «C’est tout à fait agréable de travailler avec lui.»

« Je crois qu’il y a beaucoup de légendes qui courent à mon sujet. »

Nouvelles affinités

A presque 60 ans, le syndic de Bassins aurait-il mis de l’eau dans son vin? «Non, répond tout de go l’intéressé. Je suis toujours la même ligne. Et si j’ai accepté de rejoindre les Verts, c’est parce qu’il s’agit d’un mouvement et non d’un parti.» Reste que le politicien admet s’être piqué au jeu de l’arène parlementaire. Bien sûr, parfois, la lenteur des débats l’agace. Trop de bla-bla. L’homme de terrain aimerait que certains députés en viennent plus vite au fait. Mais il s’y attendait.

Et ce qui lui plaît? «Au Grand Conseil, on a le droit d’avoir un avis différent. Ce qui n’est pas toujours le cas dans le district de Nyon, où l’on peut alors vite être perçu comme un emmerdeur.» C’est qu’à Lausanne, Didier Lohri s’est trouvé de nouveaux alliés. «Je me découvre des affinités avec d’autres élus du Pied du Jura et de l’arrière-pays, plus qu’avec ceux de mon district. Du coup, j’ai l’impression d’avoir plus de soutien pour faire passer mes idées.» Et celles de son groupe politique. Car il assure que les prochains sujets sur lesquels il s’exprimera seront plus axés «Verts».

Didier Lohri, pas si indomptable que ça? «Je crois qu’il y a beaucoup de légendes qui courent à mon sujet. Moi, tout ce que je souhaite, c’est laisser une trace en défendant les gens du Pied du Jura.»

3ème siège des Verts possible ou impossible

Avant le début de la campagne électorale, un ancien député vert m’avait contacté pour me proposer d’être candidat chez les Verts dans le but de ravir un 3ème siège et empêcher sans le nommer explicitement un 4ème à l’UDC.

Après une réflexion rapide et une analyse de la situation, il m’a été possible d’accepter sa demande en partant du principe qu’il fallait tenter de gagner une 3ème siège pour les Verts. Lire la suite

Explications de l’annonce du quotidien de la Côte

Sous une forme d’équation mathématique, il me semblait intéressant de montrer les valeurs défendues et porteuses d’avenir. Le XXIème siècle est celui des déchets et de l’or bleu.

Cette addition d’éléments donne comme résultat la défense de vos intérêts et de ceux des entreprises.

J’ose croire que les mathématiciens puristes me pardonneront cette utilisation des signes mais il s’agit d’une communication.

Il me semble important de rappeler que mes actes et réalisations sont empreints d’écologie pragmatique.

La forêt doit être travaillée pour maintenir sa fonction de poumon d’oxygène. La forêt doit être utilisée pour les constructions collectives et les appartements à loyer abordable réalisés en bois. Les déchets doivent être utilisés dans des centrales thermiques à cogénération. la forêt est une excellente protection et un filtre naturel pour nos sources d’eau potable.

J’ose croire à votre soutien car mon parcours politique me définit en fait comme un homme d’expérience et n’ayant pas peur de dire les choses de manière directe. Ajoutez-moi à votre bulletin indépendamment de votre tendance politique.

VOTEZ l’homme !

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 Il me faut remercier l’assemblée générale des Verts de la Côte de m’avoir accepté comme sympathisant du mouvement écologique vaudois pour aller à la pêche aux voix sur le haut du district.

Lire la suite

Capharnaüm de l’affichage politique

Jungle de l’affichage politique Permettez-moi de m’exprimer au sujet de l’affichage politique aux bords des routes. C’est une injustice et une inégalité de traitement que s’autorisent les élus par rapport aux autres citoyens. C’est un mépris total fait aux organisateurs de fêtes qui doivent se plier à la loi sur la réclame et procéder à […]

Comité de soutien

Vous êtes plusieurs à me demander via courriel ou sms, les raisons de mon absence de FaceBook. Après vous avoir répondu de manière individuelle, permettez-moi de vous informer  du résultat des différentes discussions. Un comité de soutien s’est constitué sous la présidence d’Alexandre. Que je remercie au passage. Accompagné de plusieurs membres, il va gérer […]

Quel est le programme défendu ?

Interpellé sur twitter au sujet de mon programme voici quelques éléments de réponses.

Vos candidats de la liste 02 des Verts de la Côte ont une ligne définie de façon globale.

En qualité de candidat, permettez-moi de vous présenter les valeurs auxquelles je crois plus spécifiquement. Celles-ci s’articulent sur les thèmes principaux qui nécessitent une attention politique afin de poursuivre le développement du district de Nyon.

MES ENGAGEMENTS POLITIQUES PRINCIPAUX

  1. Faire entendre la voix du district de Nyon au niveau cantonal
  2. Obtenir des améliorations environnementales et urbanistiques
  3. Augmenter la part de loyers abordables sur La Côte
  4. Promouvoir nos ressources énergétiques (cogénération)
  5. Favoriser la politique de transports publics
  6. Mise en place d’infrastructures pour le tourisme doux et familial
  7. Encourager les initiatives d’échanges de services

 MES VALEURS

  • M’investir au quotidien pour la population et le district
  • Respecter la démocratie et les différents courants de pensée
  • Favoriser le dialogue avec les autorités et la population
  • Respecter les lois et règlements
  • Oser sortir des sentiers battus, innover
  • Prendre des risques mesurés
  • Communiquer sur mes actions et encourager le dialogue
  • Être un interlocuteur de haut niveau maîtrisant ses sujets
  • Donner la priorité aux intérêts de la collectivité

MA VISION

  • Garantir un confort et le bien-être aux concitoyens
  • Favoriser les échanges respectueux et le vivre ensemble
  • Assurer le maintien de l’attractivité du district de Nyon
  • Promouvoir l’écotourisme et le développement durable
  • Anticiper et préparer le district aux changements
  • Participer activement aux décisions intercommunales, régionales et cantonales
  • Poursuivre les efforts engagés par le groupe des Verts

N’oubliez pas de voter pour une autre vision de la politique et votant la liste 2 et Didier Lohri. Merci

OUI à la LPPPL

Les opposants à la LPPPL utilisent une artillerie lourde et des moyens financiers importants pour capter les voix des citoyens vaudois. Les arguments sont accrocheurs, faisant planer un spectre de la misère pour tous.

Ne soyons pas dupes et prenons le temps de considérer 2 points simples à comprendre et à lire dans le texte de loi.

Fin de mandat à l’UCV

En date du 15 septembre 2016, la présidente de l’UCV et les élus du district de Nyon ont pris connaissance de mon retrait du comité de l’Union des Communes Vaudoises. Les statuts doivent être respectés. Aucune dérogation ne doit être demandée. Il y a assez d’élus pour porter le district dans les discussions cantonales.

Défiscalisation des élus politiques « Motion Kappeler »

Il est constaté, depuis des années, que la fonction de municipal n’est plus attractive. Il y a un sentiment, de la part des élus en place, qu’il existe de plus en plus de difficultés à repourvoir les sièges vacants. Plusieurs analyses ont été faites pour tenter de trouver une ou des réponses à ce problème.

La Région mais à quel prix !

Suite aux différents articles de presse des dernières semaines, il a été abordé le problème du PIR (Plan d’Investissement Régional). A plusieurs reprises, il est fait mention de la commune de Bassins et de son porte-parole. Permettez-moi de soulever 9 points, auxquels personne ne daigne répondre.

Tentons de comprendre la péréquation vaudoise

Il est important d’admettre le principe que le Canton reporte sur les Communes des charges financières liées à des tâches définies de manière précise ou discutable. Le but n’est pas de juger le bien-fondé de cette répartition mais d’expliquer le mécanisme retenu par la péréquation 2011.

Remerciements aux Citoyennes et Citoyens de Bassins

Permettez-moi de vous remercier pour ce fantastisque résultat à l’élection du 13 mars 2011. C’est un signe fort que vous me donnez. Le taux de participation de 50% est un élément supplémentaire à juger de la confiance que vous m’accordez. Un grand bravo à mes colistiers et aux conseillers communaux est à formuler.

Elections municipales 2011

En cette période électorale communale, plusieurs personnes se sont approchées en me demandant :
qu’est-ce qui motive encore votre engagement en politique? C’est le seul échelon politique qui permet d’avoir une idée, de convaincre la majorité de la population du bien-fondé de cette proposition et de pouvoir tout mettre en œuvre pour la réaliser.

C’est toujours avec la même fougue que j’apprécie trouver des innovations dans l’intérêt de la collectivité.

Bilan de la législature 2006-2011 à Bassins

La fin de législature approchant et la période électorale vivant son paroxysme, permettez-moi de vous présenter le bilan de la législature 2006-2011. En 2006, des objectifs, que vous retrouverez ci-dessous, ont constitué la base du travail de la Municipalité de Bassins. Malgré les quelques commentaires. peu élogieux parfois, à notre égard, il faut remercier mes collègues municipaux et les conseillers communaux.

Autre vison de la 3ème voie CFF

A la lecture des programmes des partis, il est intéressant de constater que tous parlent de transports et de la création de la 3ème voie CFF entre Lausanne et Genève. Il est pertinent de se poser la question de savoir comment de gauche à droite, ce sujet n’a pas été une simple formalité lors des discussions de la consultation des CFF. Il faut que le peuple se rende compte qu’au moment des consultations (époque ô combien importante), les députés régionaux ne sont pas montés dans le train. Ce phénomène est classique car il en a été de même pour d’autres sujets comme le découpage territorial.

RER Vaudois

En ce début septembre, après un échange de courrier très soutenu au sujet de la 3ème voie CFF, un député, ami d’enfance, m’a fait part de l’agacement de certains édiles régionaux par rapport à mes coups de plume acerbes. Il me fit part qu’ils avaient l’impression que je dénigrais leur travail. En quelques termes un peu plus relevé, il exprima clairement leur ras-le-bol.

Réponse toujours à Monsieur le député Favez sur Vaud-Libre

Toujours au sujet d’une réponse à un courrier des lecteurs du La Côte au sujet de Vaud-libre du 9 juin 2006. Les propos de Monsieur Favez concernant Vaud-Libre me font plaisir. Il mentionne qu’il a enfin compris le sens de ma démarche mais malheureusement il se trompe.