, ,

Soutenir une économie forestière dynamique thème de la campagne électorale 2022 au Grand Conseil Vaudois des Vert.e.s de la Côte (pied du Jura)

N’oubliez pas de soutenir la liste des Vert.e.s le 20 mars 2022 pour mes collègues et pour votre représentant du haut du Pied du Jura depuis 5 ans.

Un des objectifs de la législature 2022-2027 est incontestablement la mise en pratique du plan directeur cantonal en faveur du climat, par ses mesures d’impulsion au niveau du district de Nyon.

Le rôle des députés sera d’inciter :

  • Les modifications de lois cantonales et communales pour les adapter au dispositif fédéral
  • Les communes, par leurs groupements forestiers, à être des incitatrices et non pas des réceptrices de subventions qui ne viendront pas si AUCUN PROJET NOVATEUR et PRAGMATIQUE est présenté.

Ces crédits d’investissements pour les forêts, sont exploités par tranche annuelle en fonction des décisions et conventions de subventions, des priorités en matière d’investissements, ainsi que des contingences financières communales, cantonales et fédérales.

Sans se perdre dans tous les textes définissant les lignes du crédit-cadre, il est important de relever les orientations dont les Verts et les Vertes seront attentifs et vigilants pour le district.

Les priorités vont aux éléments suivants :

  1. Limiter l’exportation vaudoise de bois sous forme de grumes, dont environ 20% vers l’étranger et 80% vers d’autres cantons par la mutualisation des ressources du district. (Pour le canton équivalent à 70’000 à 80’000 m3, dont environ 14’000 pour le district).
  • Promouvoir le domaine de l’énergie par l’utilisation de bois comme combustible permet par ailleurs de substituer l’utilisation de combustibles fossiles.

En particulier dans la production de chaleur où la part d’énergie non renouvelable s’élève encore de 80%, le bois joue un rôle important en tant que ressource flexible, transportable contribuant au développement du chauffage à distance dans toutes les communes forestières du district.

  • Développer l’énergie électrique obtenue par la cogénération à base du combustible bois.

Compensation financière de l’énergie électrique sur le même principe que le solaire.

  • Utilisation accrue de bois indigène, comme solution pertinente à la fois pour la forêt et le climat

Forêt quia besoin en grande partie d’exploitations plus soutenues pour être adaptée aux changements climatiques et pour le climat grâce à un effet de stockage du CO2 et de substitution au pétrole.

  • Accroître le potentiel d’une filière locale de Bois-construction, une alternative au béton et permet donc de diversifier les matériaux de construction et leurs sites de production, avec une empreinte environnementale plus faible à la clé.

Les forêts vaudoises produisent annuellement 400’000 m3 de bois, dont 200’000 m3 de bois résineux de construction (avec potentiel à 250’000 m3/an, au min).

  • Soutien à l’économie locale : création d’emplois et de valeur ajoutée au niveau local. Le bois de construction local a peu d’impact finalement sur les coûts de construction. La valeur du bois brute d’une construction en grande partie en bois n’est qu’un faible pourcentage (max. 5 %) du coût total de l’ouvrage et l’augmentation due au bois vaudois est infime (actuellement de l’ordre de 2 à 3%.

Il est impératif de modifier cette tendance par une bourse locale du bois et inclure les entreprises de la construction du district comme partenaires.

  • Adapter les forêts en favorisant des structures et des essences forestières adaptées et résilientes au climat et aléas futurs en adaptant les plans directeurs forestiers communaux.

Bassins, le 27.12.2021

Café-Croissant du district de Nyon

café croissant A5

Chères et chers membres, sympathisant.e.s et curieux.euses du district de Nyon,

Tous les premiers mardis du mois, Didier Lohri et Olivier Mayor, nos députés du district de Nyon au Grand Conseil vaudois, vous invitent à partager un café croissant parlementaire. Où, Quand, Qui, Quoi ? Le petit flyer ci-dessous vous dit tout ou presque.

L’idée: en une heure, posez vos questions, donnez votre avis et discutez avec les 2 députés sur des points de l’OJ de la séance du Grand Conseil (qui seront débattus le jour même au parlement vaudois).

Pour vivre ce petit moment « d’actualité brûlante » tout en permettant à chacun-e de s’exprimer dans le temps imparti, 10 points max. (= 6’ par thème) seront choisis par les membres présents en début de séance. Les points de l’OJ qui vous intéressent peuvent être trouvés sur le site de l’Etat de Vaud https://www.vd.ch/toutes-les-autorites/grand-conseil/seances-du-grand-conseil/  le site étant actualisé chaque semaine dès le vendredi matin précédant la prochaine séance. Donc, le vendredi 2 octobre pour la première édition de ce café croissant parlementaire de

mardi 6 octobre à 7h30 à la Roulotte (gare de Nyon).

Intéressé-e ? Merci d’envoyer un sms à Olivier Mayor 078 728 73 72 qui vous ajoutera à un groupe WhatsApp facilitant l’organisation. Vous pourrez y communiquer aussi les points qui vous intéressent.

Bien cordialement,

Didier et Olivier

Variante simplificatrice à la proposition « Facture sociale » 9.3.2020

Suite à vos nombreuses questions, au sujet de mes valeurs, permettez-moi de préciser que la proposition est basée sur une action POLITIQUE lancée au Grand Conseil au moment de l’élaboration du budget 2020 de l’Etat et suite aux différentes motions 2018 et 2019.

Vos questions sont toutes pertinentes.

Il est donc nécessaire de simplifier encore plus le principe que tout le monde connait et de ne pas le compliquer avec une lutte de chiffres, de nombres, qui ne modifient pas FONDAMENTALEMENT le principe recherché.

Le lien suivant :

Facture sociale avec 15.4 points d’impôts sans ajustement de la valeur du point d’impôt cantonal et avec prélèvement des recettes conjoncturelles

vous montre les effets de la reprise de la facture sociale avec 15.4 points d’impôts (en occultant la différence valeur communal – cantonale) et en ajustant les recettes conjoncturelles pour équilibrer l’opération d’un point de vue cantonal. Je répète que ma réflexion avait comme origine ma fonction au Grand Conseil pour tous les Vaudois.

Le but de ma démarche consiste à démontrer qu’il existe une piste consistant à séparer la facture sociale de la notion de péréquation telle qu’elle est actuellement. Nous sommes plus dans un débat politique que mathématique.

Les questions du taux d’imposition des successions sont connues. Comme je l’ai dit dans un autre document, Nous pouvons lavoir un taux référence comme pour l’impôt foncier. C’est pour ces raisons que j’avais fait des variantes à 16.04, 15.4 et autres.

Bassins, le 9.3.2020