Citoyen Lohri, fermez-la !

Articles du Quotidien de la Côte du 24 et 28.9.21

La lecture des articles du Quotidien de la Côte relatant les conseils communaux, aussi bien de Commugny que de Bassins, me laisse songeur. Est-ce que la polémique est recherchée ? Est-ce que l’information est utile aux citoyens ?

Ayant quitté les fonctions politiques communales de mon plein gré, c’est toujours avec un intérêt que je vous lis.

Le changement de correspondant local (Bassins) offre-t-il le droit de porter un jugement sur le changement climatique du conseil quand tout un pan de l’historique disparaît ?

Il est de tradition que le syndic sortant ne se mêle plus des affaires communales. Or ce qui se passe n’est pas respectueux des usages politiques.

Le fond des articles devient problématique lorsque le correspondant rapporte des montants non publiés et/ou prononcés lors du conseil.

Il peut être de bonne guerre de charger ses prédécesseurs mais il faut respecter le secret de fonction et la prestation de serment.

A mon retour de vacances, plusieurs citoyens m’ont questionné sur la situation financière de la commune articulant un déficit d’un montant à 7 chiffres en 6 mois et une situation à la piscine difficile.

J’ai déjà écrit sur mon site internet ma position et mon étonnement en incitant les citoyens à interpeller directement la commune. La seule information que je leur ai dite, c’est qu’au 30 juin 21, la commune avait un oreiller financier à 6 chiffres entre les charges et les produits.

Les fonds de réserve s’élevaient à quelques 500’000 CHF pour justement absorber les frais Covid, RAB et autres surprises.

Mon collègue de l’époque, responsable de la piscine, avait justement fait une étude à la demande des commissions de gestion et de finances, de la planification des 140’000 CHF d’entretien sur 5 ans. Alors de grâce soyons précis et surtout attendons le résultat final de l’année 2021.

Lors d’une rencontre fortuite le jour de votre article avec un membre de l’exécutif, je me suis permis de lui dire que je m’étonnais de certaines rumeurs entendues, lues çà et là avec des informations dont seule l’autorité possède.

A ma grande surprise, et en perdant un peu son calme, ce dernier a considéré que c’était une menace et surtout m’a demandé de la fermer !

Pour une personne qui prône la transparence, la tolérance, l’humanisme ainsi que toutes les valeurs jacobines de notre canton, il s’est peut-être inspiré des propos napoléoniens, lors de l’épisode des 100 jours et Waterloo, en imaginant contribuer à la légende impériale paraphrasée « Bachenards ! […] j’arrive parmi vous reprendre mes droits qui sont les vôtres. »

Alors le climat est peut-être apaisé avec le conseil, mais j’espère que les autres citoyens de notre village seront mieux traités en cas de désaccord avec l’autorité.

Didier Lohri

Ancien syndic